02 juillet 2005

Rostin, le 2 juillet 1915

" Le choc, depuis 12 jours et 12 nuits, est rude. Les sacrifices sont grands ; le régiment à lui seul, vient de perdre 27 officiers. Que d'amis étendus pour toujours !
Les gaz asphyxiants nous éprouvent beaucoup et nous enrageons de voir que, de notre côté, on ne fait rien pour riposter à ce genre d'assassinat. L'opinion, là-bas, devrait peser immédiatement sur ceux qui hésitent : nos armes sont inégales. Dans cette guerre stupéfiante, le fusil est devenu une arme secondaire. Il n'y a que les obus qui comptent. Allons, secouez-vous, ingénieurs, ouvriers, chimistes ! "

Posté par 112eri à 12:10 - - Permalien [#]