21 janvier 2007

Journée du 21 janvier 1917

Durant toute la journée, et particulièrement au coeur de l'après-midi, le quartier A est soumis à un bombardement par obus de gros calibre très violent, doublé d'un tir de minenwerfer lourds.
Pertes en hommes et en matériel, tranchées et boyaux nivelés.
Le bombardement devient de plus en plus intense de 16 heures à 18 heures. Vers 18 heures il diminue et seule la partie de tranchée (marquée en jaune sur croquis) continue d'être soumise à un tir très violent de gros minen.

    Caur

A 18 heures, l'attaque se déclanche simultanément sur 3 points :
- L'une sur le P.P. 3, qui se défend vaillamment à la grenade, interdit l'entrée du boyau à l'ennemi et le rejette dans sa tranchée ;
- La deuxième attaque la partie de tranchée H H' où la garnison s'est réservée sous le tir de minen qui nivelle la gauche de la tranchée ;
- La troisième, sortie de l'une des antennes de la tranchée fourrier, s'infiltre par le trou de la tranchée des Gaulois et prend à revers la garnison de H H'.
Celle-ci se défend avec acharnement. 5 de ses défenseurs sont déjà tués quand une contre-attaque française partie des abris de la tranchée des Zouaves et rapidement menée vient rejeter l'ennemi dans ses tranchées.
Tout le terrain reste à nous.

L'artillerie française a répondu faiblement au cours de la journée aux tirs violents signalés plus haut. Sur la demande du lieutenant-colonel, commandant les troupes de Garde, un tir de représailles d'artillerie lourde a été exécuté devant le quartier A vers 11 h 45.
Le soir à 18 heures, sur la demande du lieutenant-colonel, un tir de contre-préparation d'artillerie lourde est également exécuté, en même temps que le tir de barrage de 75 déclanché par fusées rouges.
En somme, dans le secteur de combat, qui est resté pour nous le secteur de Douaumont, les Allemands, repliés après nos attaques sur des positions déjà organisées et pourvues d'artillerie de tranchée, ont conservé néanmoins dans ce secteur une artillerie lourde très forte, doublée d'une artillerie de campagne vigilante.

Pertes de la journée du 21 :
I/112e : tués : 13 ; blessés : 18 (dont 1 officier : capitaine Dugua) ; disparus : 18.
II/112e : tués : 0 ; blessés : 0.
III/112e : néant.

Journée très agitée, marquée par une grande activité de l'artillerie ennemie et une attaque sur deux points du quartier A.

Posté par 112eri à 10:54 - - Permalien [#]