25 juin 2005

Rostin, le 25 juin 1915

"On estime à 150 ou 200.000 le nombre des projectiles lancés par eux sur un front de quelques centaines de mètres. Notre régiment a été très éprouvé. Quinze de mes camarades sont hors de combat, avec 900 ou 1000 hommes. Mais s'il a fléchi sur la poussée formidable, il ne s'est pas laissé enfoncer par les brutes qui comptaient nous briser aisément et avancer comme dans du beurre. Mes gens se sont bien comportés et notre beau régiment a fait l'admiration de nos chefs nouveaux qui lui doivent d'avoir à peu près... [Lire la suite]
Posté par 112eri à 10:02 - - Permalien [#]

24 juin 2005

Rostin, le 24 juin 1915

Le capitaine Rostin écrit à son oncle "sous les marmites", ainsi qu'il le note lui-même en tête de sa correspondance."Je suis las, très las, mais pas abattu. Notre régiment, nouveau venu ici, s'est sacrifié et si le Boche a fêlé notre ligne, il ne l'a pas percée. Il a connu, malgré sa mitraille épouvantable et ses asphyxies criminelles, des hécatombes qui l'obligent à se recueillir. J'arrive des tranchées où, dans la forêt hachée, mes poilus veillent. Quelles visions ! Quelle guerre ! Un de mes gars héroïques s'est fait... [Lire la suite]
Posté par 112eri à 09:18 - - Permalien [#]
21 juin 2005

La mort du sous-lieutenant Fantoni

Le sous-lieutenant Pierre Fantoni, commandant une section à la compagnie de mitrailleuses meurt à l'hôpital de Ste-Ménéhould, des suites de ses blessures. Il avait été atteint la veille par un obus pendant les terribles heures du bombardement.Laissons la parole à son chef, le capitaine Rostin : " Hélas ! La guigne me poursuit dans mes cadres ; mon lieutenant le plus ancien a eu les jambes atteintes et un pied en bouillie : c'était terrible ! "                 ... [Lire la suite]
Posté par 112eri à 10:40 - - Permalien [#]
27 mai 2005

Rostin, le 27 mai 1916

Le capitaine Rostin écrit à son oncle, le commandant François Meurs, chef de bataillon à la retraite demeurant à Nice : "  Quelle bataille ! Quelles choses atténuées sont, par comparaison, tous les combats antérieurs. C'est épique, c'est fou. Notre régiment a vu tomber son colonel et d'autres officiers et tant de poilus, mais il est à l'honneur et à la gloire. Il faut avoir vécu ces jours et ces nuits tragiques pour comprendre, pour croire. Je crois avoir rêvé un cauchemar de dément. Je me tâte, je compte mes... [Lire la suite]
Posté par 112eri à 10:39 - - Permalien [#]
13 mai 2005

Rostin, le 13 mai 1915

Nouvellement nommé à la tête de la compagnie de mitrailleuses du régiment, Rostin nous livre ses impressions : " Je suis très content de ma nouvelle compagnie qui affirme de plus en plus sa cohésion et son bon esprit. Elle commence à manifester une personnalité, un moral. Mes conseils de prudence sont entendus : je n'ai eu jusqu'ici à déplorer aucune perte, aucune blessure et mes gens, à leur poste, sont attentifs et impatients de cracher leur mitraille.Avec un peu de doigté, j'ai pu mettre mes quatre lieutenants, chacun... [Lire la suite]
Posté par 112eri à 18:55 - - Permalien [#]
10 mai 2005

Rostin, le 10 mai 1915

"Je ne descendrai pas à Esnes où j'espérais aller jeter un coup d'œil sur mon unité et aussi me laver ferme et changer de linge. J'y renonce pour rester sur la brèche où des événements peuvent brusquement se produire. Si attaque il y a, elle sera sournoise et violente, accompagnée de quelque nouvelle infamie : pétrole, asphyxie ou autre chose. On se prépare à se boucher le nez et à tenir bon aussi. C'est tout juste si, au fond de soi-même, on ne désire pas quelque "coup de chien" pour détendre ses nerfs et épancher sa... [Lire la suite]
Posté par 112eri à 10:21 - - Permalien [#]
03 mai 2005

Rostin, le 3 mai 1916

Le régiment est toujours dans le secteur de la Courtine mais pour plus très longtemps. Rostin écrit : " Je pensais déguerpir cette nuit pour le repos, contre-ordre. Me voilà encore dans mon trou et dans l'incertitude. Je vous écris dans l'habituelle musique des obus éternels qui claquent sur ma tête. Nul trouble, nulle nervosité, ma main est sûre. ... Toutes mes angoisses sont pour mes gradés et mes hommes qui circulent nuit et jour sous cette pluie de mort. .... Dans la direction de... [Lire la suite]
Posté par 112eri à 10:37 - - Permalien [#]
29 avril 2005

Rostin, le 29 avril 1916

Le capitaine Rostin, commandant la CM 1, a failli être tué le 28 avril 1916. Le lendemain, il nous raconte : " En rentrant vers mon trou, avec un de mes lieutenants, j'ai cru notre dernière heure venue. Des rafales d'obus nous sont tombées sur la tête dans la nuit sombre. Nous nous sommes jetés à terre et nous n'avons recueilli que des éclats. Cinq mois et plus de cette fournaise par un temps affreux, c'est un record."
Posté par 112eri à 11:11 - - Permalien [#]