05 juillet 2005

Goubereau, le 5 juillet 1916

Le 5 juillet 1916, le caporal Camille Goubereau nous livre ses impressions sur les terribles journées qu'il vient de vivre à la Cote 304 :" Pendant huit jours nous étions en réserve dans un secteur qu’on nous disait calme, à la gauche de la fameuse côte. Tout à coup, le secteur devient un véritable enfer : un déluge de feu s'abat sur nous, et de midi à huit heures, ce ne fut que roule­ment de tonnerre ininterrompu. Nous étions tous anéantis, inca­pables de fournir aucun effort ! C'était le prélude d'une offen­sive ennemie. Huit... [Lire la suite]
Posté par 112eri à 10:46 - Permalien [#]

04 juillet 2005

Rostin, le 4 juillet 1915

" Mon Dieu ! Quelles heures terribles nous vivons depuis le 20 juin, jour où les Allemands ont brutalement lancé sur notre front de quelques centaines de mètres, entre la route de Binarville à Vienne-le-Château et Bagatelle, un corps d'armée !Trois de mes engins brisés, ensevelis, par les grosses bombes allemandes et les obus sont irrémédiablement perdus. Mon personnel, très dispersé, a relativement souffert ; mais j'ai perdu, hélas, mes deux officiers les plus anciens. C'est terrible et beau à la fois car leur mort a été... [Lire la suite]
Posté par 112eri à 10:15 - - Permalien [#]
02 juillet 2005

Rostin, le 2 juillet 1915

" Le choc, depuis 12 jours et 12 nuits, est rude. Les sacrifices sont grands ; le régiment à lui seul, vient de perdre 27 officiers. Que d'amis étendus pour toujours ! Les gaz asphyxiants nous éprouvent beaucoup et nous enrageons de voir que, de notre côté, on ne fait rien pour riposter à ce genre d'assassinat. L'opinion, là-bas, devrait peser immédiatement sur ceux qui hésitent : nos armes sont inégales. Dans cette guerre stupéfiante, le fusil est devenu une arme secondaire. Il n'y a que les obus qui comptent. Allons,... [Lire la suite]
Posté par 112eri à 12:10 - - Permalien [#]
01 juillet 2005

Rostin, le 1er juillet 1915

"Hier, journée terrible : gaz asphyxiants, bombes, obus, tranchées démolies, attaque sur tout le front, lutte d'assassins - les assassins sont les Boches. Ils veulent à tout prix nous enfoncer par ici et ils cognent comme des brutes saoules. D'autres encore que j'aimais ont disparu. Pendant que je vous écris, la mitraille tombe dru ; ça recommence ! Les gaz asphyxiants, malgré lunettes et tampons, sont un assassinat. Qu'attend-on pour riposter ?"
Posté par 112eri à 11:05 - - Permalien [#]
30 juin 2005

Le 30 juin 1915 à la Gruerie

Le 30 juin 1915 est le jour de la deuxième attaque importante lancée par les Allemands dans le bois de la Gruerie après celle menée 10 jours auparavant.  Je recense actuellement 120 tués pour ce 30 juin 1915.Parmi eux, le sous-lieutenant Andréani, de la Compagnie de Mitrailleuses, tué d'une balle dans la tête, et le soldat Auguste Larguier.                                            ... [Lire la suite]
Posté par 112eri à 14:42 - Permalien [#]
29 juin 2005

Une pensée pour...

Le sous-lieutenant Pierre Guillaume Pinot, tué le 29 juin 1916 à Esnes, à la Cote 304.  Bien sûr et comme toujours, ce n'est pas le seul tué du jour. Mon recensement actuel des Morts Pour la France du 112e ri totalise 3 tués le 29 juin 1915, 11 le 29 juin 1916 et 1 en 1918.  Cette liste n'est pas définitive.
Posté par 112eri à 17:43 - - Permalien [#]

27 juin 2005

Rostin, le 27 juin 1915

"Faites des voeux pour que notre tribut soit désormais moins lourd et que nous ayons tous les succès. C'est une guerre d'usure, d'épuisement. Ici, il n'y a pas de répit et les journées et les nuits sont coûteuses."
Posté par 112eri à 15:38 - - Permalien [#]
26 juin 2005

Une pensée pour...

3 soldats décédés le 26 juin 1915 à l'hôpital de Ste-Ménéhould de blessures de guerre : le sous-lieutenant Paul Bertei, l'adjudant-chef Jules Césari et le soldat Félix Fiorentino.
Posté par 112eri à 09:35 - - Permalien [#]
25 juin 2005

Rostin, le 25 juin 1915

"On estime à 150 ou 200.000 le nombre des projectiles lancés par eux sur un front de quelques centaines de mètres. Notre régiment a été très éprouvé. Quinze de mes camarades sont hors de combat, avec 900 ou 1000 hommes. Mais s'il a fléchi sur la poussée formidable, il ne s'est pas laissé enfoncer par les brutes qui comptaient nous briser aisément et avancer comme dans du beurre. Mes gens se sont bien comportés et notre beau régiment a fait l'admiration de nos chefs nouveaux qui lui doivent d'avoir à peu près... [Lire la suite]
Posté par 112eri à 10:02 - - Permalien [#]
24 juin 2005

Rostin, le 24 juin 1915

Le capitaine Rostin écrit à son oncle "sous les marmites", ainsi qu'il le note lui-même en tête de sa correspondance."Je suis las, très las, mais pas abattu. Notre régiment, nouveau venu ici, s'est sacrifié et si le Boche a fêlé notre ligne, il ne l'a pas percée. Il a connu, malgré sa mitraille épouvantable et ses asphyxies criminelles, des hécatombes qui l'obligent à se recueillir. J'arrive des tranchées où, dans la forêt hachée, mes poilus veillent. Quelles visions ! Quelle guerre ! Un de mes gars héroïques s'est fait... [Lire la suite]
Posté par 112eri à 09:18 - - Permalien [#]