20 juillet 2005

La mort d'un ancien du 112e dans les chars

Le 20 juillet 1918, à l'ambulance n°7/20 à Crépy en Valois dans l'Oise, mourait le lieutenant (à titre temporaire) Auguste Panisset, des suites de blessures. Détaché dans les chars d'assaut (AS 13), il avait été le complice de Pierre Sarlandié des Rieux, à la 6e Cie.                         
Posté par 112eri à 13:18 - Permalien [#]

19 juillet 2005

Une visite inattendue

Le 19 juillet 1918, le 112e, que l'on a vu cantonner dans l'Oise, reçoit la visite d'un de ses anciens colonels, le général Vandenberg, commandant le 10e corps d'armée et dont le Quartier Général était installé à Breteuil.Charles Alexis Vandenberg, né en janvier 1858 à Antibes, avait commandé le 112e en 1912-1914 et fut remplacé, peu de temps avant la mobilisation, par le colonel Garnier.                                  ... [Lire la suite]
Posté par 112eri à 09:05 - Permalien [#]
17 juillet 2005

Rostin, le 17 juillet 1915

"Depuis le 14 juillet, nous avons roulé, roulé et nous voilà dans des régions nouvelles, dans l'inconnu et ses angoisses. Nous sommes en pleine Argonne. Je vous ai parlé de repos ! Des nuits et des jours sans sommeil, sous une pluie diluvienne. On ne nous a pas jetés dans la fournaise, c'est vrai. Nous étions, il est sûr, à bout de souffle et combien peu nombreux ! Mais nous n'en avons pas moins subi toutes les émotions de la lutte féroce que le Kronprinz, dans un espoir maladif, a entreprise depuis le 20 juin, date mémorable... [Lire la suite]
Posté par 112eri à 12:03 - - Permalien [#]
16 juillet 2005

Exercices d'instruction

Le 16 juillet 1918, le 112e va cantonner dans la région de St-Just en Chaussée, zone de Sains Morainvillers-Brunvillers la Motte dans l'Oise, où il séjournera jusqu'au 4 août, occupé à des exercices d'instruction et à des travaux sur des positions éventuelles.
Posté par 112eri à 11:57 - Permalien [#]
14 juillet 2005

Le 14 juillet 1917

Pour la revue du 14 juillet à Paris, le drapeau du 112e défila, décoré de la croix de guerre avec palme et étoile de vermeil. La délégation, commandée par le capitaine Dugua et le lieutenant Coscioli, rapporta une impression inoubliable de l'accueil enthousiaste fait par la foule parisienne aux soldats de Verdun.
Posté par 112eri à 15:43 - Permalien [#]
12 juillet 2005

Une pensée pour...

Le Niçois Charles Masseglia décédé, il y a 90 ans aujourd'hui, à l'hôpital maritime de St-Mandrier. Il avait 37 ans.
Posté par 112eri à 15:24 - Permalien [#]

10 juillet 2005

Prise de Commandement au 112e

Le 10 juillet 1918, le colonel de France prend le commandement du régiment. A la tête du 5e Hussards à la mobilisation en tant que lieutenant-colonel, il y reste jusqu'au 17 février 1916. Sur sa demande, il est affecté au 53e ri comme stagiaire d'infanterie. Il prend le commandement du 49e ri le 20 septembre de la même année. Blessé le 17 mai 1918, il est désigné, le 8 juillet, pour prendre le commandement du 112e.                          ... [Lire la suite]
Posté par 112eri à 11:27 - Permalien [#]
08 juillet 2005

Une pensée pour...

Le sous-lieutenant niçois Henri Eugène Galli, décédé le 8 juillet 1916 à l'hôpital temporaire n° 45 de Lyon des suites de ses blessures. Sa fiche MDH nous précise même que cela est dû à une blessure au crâne. Son nom figure parmi les 3665 que compte le Monument aux Morts de Nice.
Posté par 112eri à 11:11 - - Permalien [#]
07 juillet 2005

Rostin, le 7 juillet 1915

"Je vous fais grâce des multiples obus qui matin et soir, nuit et jour, sifflent sur nos têtes ou éclatent autour de nous ; ça c'est une musique banale qui paraît douce en comparaison des effroyables bombardements de ces quinze derniers jours.  Pourtant, le projectile est traître et, chaque fois que mon service m'appelle à l'autre bout du village en ruines ou aux tranchées, quelque victime encore chaude barre ma route. Pauvres corps sanglants, mutilés, étendus pour toujours, pauvres gars échappés des hécatombes et fauchés là... [Lire la suite]
Posté par 112eri à 15:32 - - Permalien [#]
06 juillet 2005

Rostin, le 6 juillet 1915

Le capitaine Rostin revient sur les combats du bois de la Gruerie : "Les Boches, dont les pertes ont dû être très fortes, et qu'en nous sacrifiant, nous avons arrêtés dans leur ruée terrible, se recueillent peut-être pour un nouvel effort.  Dans les deux camps on répare les dégâts, c'est effroyable. Dans les luttes du début, on succombait c'est vrai, mais on mourait noblement, on avait de l'air, on voyait devant soi ; tandis qu'à cette heure, où sur un front réduit, des milliers d'hommes, séparés de 20 à 50 mètres, se... [Lire la suite]
Posté par 112eri à 09:22 - - Permalien [#]