24 juin 2005

Rostin, le 24 juin 1915

Le capitaine Rostin écrit à son oncle "sous les marmites", ainsi qu'il le note lui-même en tête de sa correspondance.

"Je suis las, très las, mais pas abattu. Notre régiment, nouveau venu ici, s'est sacrifié et si le Boche a fêlé notre ligne, il ne l'a pas percée. Il a connu, malgré sa mitraille épouvantable et ses asphyxies criminelles, des hécatombes qui l'obligent à se recueillir. J'arrive des tranchées où, dans la forêt hachée, mes poilus veillent.
Quelles visions ! Quelle guerre ! Un de mes gars héroïques s'est fait tuer pour sauver sa mitrailleuse. Avant de mourir, il l'avait arrachée aux Boches et posée en lieu sûr, contre un arbre où on l'a trouvé étendu."

Posté par 112eri à 09:18 - - Permalien [#]